J’ai pu constater que les voyageurs à Mostar rencontraient souvent un problème : mais que faire, si ce n’est marcher dans les ruelles ? C’est que Mostar ne s’aborde pas comme d’autres villes avec une liste de monuments à visiter, elle se vit. Je suis moi-même passionnée par la culture des Balkans, et particulièrement des pays d’ex-Yougoslavie, à tel point que j’y vis. Je vais donc essayer, dans cet article, de vous aider à comprendre ce pays si indéchiffrable qu’est la Bosnie.

Pour organiser votre voyage, lisez en complément mes articles sur que faire en Bosnie et que faire à Sarajevo.

Fouler le Stari Most, le vieux Pont

Pont de Mostar

La destruction de ce chef d’œuvre de l’architecture Ottomane, retransmise à la télévision, a marqué des générations du monde entier. C’est en 1993, alors que la guerre détruit la Bosnie, que les Croates parviennent enfin à le détruire.

Très solide, il avait jusque-là survécu à de nombreux bombardements, alors que la légende raconte que son concepteur s’était enfui après sa construction, de peur qu’il ne s’effondre. C’est en 2004, qu’à l’impulsion de l’UNESCO, le pont sera finalement reconstruit, grâce à l’aide financière de nombreux pays… dont la Croatie ! La reconstruction a, en effet, été placée sous le signe de la réconciliation entre les deux nations. Mais ne vous y méprenez pas, les tensions sont encore bien réelles. D’ailleurs à Mostar, les Bosniaques (musulmans) et les Bosno-croates (catholiques) vivent dans deux quartiers séparés, et chacun ne dépasse presque jamais sa frontière. Chaque quartier a ainsi sa propre poste, son propre supermarché…

Un peu d’histoire : cliquez sur le lien pour une vidéo du pont de Mostar pendant sa destruction

Sauter du pont

Homme sautant du pont de Mostar

Le pont vit au rythme des plongeurs qui osent tenter le saut. Plusieurs fois par jour, des locaux sautent les 29 mètres qui séparent le vieux pont de la rivière Neretva, contre quelques pièces des touristes. On peut croire qu’il ne suffit que de bravoure pour se jeter, mais une formation est en fait strictement nécessaire. C’est que l’eau de la Neretva est non seulement à 8 °C en été, mais elle est aussi traversée par des courants forts qui tirent vers le bas. C’est donc très dangereux, et il ne faut absolument pas y aller sans être préparé ! Si vous voulez malgré tout tenter le plongeon, tournez-vous vers le club de plongée Mostari, qui offre des mini formations pour les touristes les plus courageux.

Photographier le pont courbé, Kriva Ćuprija

Pont courbé de Mostar

Et non : le Vieux Pont n’est pas le pont le plus vieux de Mostar ! C’est le Kriva Ćuprija, le pont courbé, qui détient cet honneur. Lui aussi a été détruit et reconstruit grâce à l’UNESCO, mais cette fois, c’est une inondation qui est coupable. Il a été emporté par les courants en 1999, après avoir été tout de même fragilisé par les bombardements. Le pont courbé donne à voir un autre aspect du Stari Grad (le vieux quartier), car il permet d’emprunter la rue Jusovina, oubliée de certains visiteurs car assez isolée (bien que très fréquentée elle aussi).

Fumer la chicha sous le vieux pont

chicha_mostar

Ce n’est évidemment pas une activité que je vous proposerais, si elle n’était pas aussi ancrée dans la culture ! En Bosnie, fruit de 400 ans d’occupation ottomane (donc turque), chaque coin de rue est embrumé par des fumées de narguilé. Si vous souhaitez vous adonner à cette occupation locale, rendez-vous directement au café situé au bord de la plage, au pied du vieux pont. On voit d’ailleurs le café depuis le pont. Si fumer ne vous intéresse pas, vous pouvez aussi simplement boire un café ou une bière Sarajevsko en admirant la superbe vue sur le pont. D’ailleurs, certaines journées, les chichas ne sont pas disponibles.

Évitez le tour en bateau : un attrape-touriste

Bateau Mostar

On est vite tentés de faire un tour en bateau pneumatique, quand on voit les aller-retours de ces bateaux toute la journée. Je vous déconseille : le prix est très cher, et le tour ne dure que 10 minutes, juste le temps d’avancer sous le pont, de prendre une photo, et on opère un demi-tour. Vous aurez une vue tout aussi belle et bien moins chère en vous rendant au bar du point au-dessus.

Lisez aussi mon article sur les plats à goûter en Bosnie pour ne rien rater de la gastronomie locale

Faire du shopping dans Stari Most

Lampions à Mostar

Stari Most, le vieux quartier, regorge de petites échoppes toutes plus fascinantes les unes que les autres. Dirigez-vous particulièrement vers la Marsršala Tita, la Onešćukova, la Kujundžiluk, ou aux alentours du Stari Most en général.

Parmi les souvenirs à ramener : des loukoums, des services à café turc en cuivre, des bracelets bosniens ou encore des lampions orientaux en verre.

Visiter la mosquée Koski Mehmed Paša

Mosquée Mostar

Les mosquées sont des visites courtes et parfois onéreuses pour l’expérience qu’elles offrent. Aussi, elles ne doivent pas figurer dans vos activités si vous ne restez qu’une journée à Mostar. En revanche, si vous restez un peu plus longtemps, elles peuvent être une halte intéressante. La mosquée Koski Mehmed Paša est la plus belle des quinze que compte Mostar. Elle est aujourd’hui fermée au culte, mais il est encore possible de la visiter, et même de monter dans son minaret, qui offre l’une des plus belles vues sur la ville. À l’intérieur, il est important de se montrer respectueux, et de respecter les coutumes pratiquées. À savoir : les femmes doivent porter le voile (et couvrir aussi leurs bras et leur décolleté avec si nécessaire), et hommes comme femmes doivent se couvrir les jambes, et l’on enlève ses chaussures avant d’entrer. Les locaux sont excédés des pratiques peu respectueuses des touristes, aussi, j’insiste sur ce point.

Acheter de la contrefaçon au marché couvert de Mostar

Juste devant la mosquée Koski Mehmed Paša, se trouve le Bazar Kujundžiluk. Le paradis de la contrefaçon ! Ici, fouillez entre les chaussures Nike et Balenciaga, les lunettes de soleil Dior, les bracelets Chanel et les sacs-à-mains Louis Vuitton, pour des prix dérisoires. Attention quand même à la douane sur le retour, elle pourrait vous confisquer vos trouvailles…

 Saliver au marché couvert

Il règne une ambiance de bazar à l’orientale dans ce marché couvert. Salivez devant les étals couverts de miel, de rakija (l’eau-de-vie locale), d’épices, de loukoums, mais aussi de quelques contrefaçons.

Comprendre l’histoire dans le Museum of War and Genocide Victims

Les lettres, photos, et témoignages humanisent la guerre tragique qui a détruit la Bosnie, pendant près de quatre ans. C’est l’un des meilleurs moyens de comprendre la complexité de l’histoire de la Bosnie. Si vous souhaitez avoir une première compréhension de la guerre bosnienne, vous pouvez vous rendre sur mon article sur la Bosnie où j’ai essayé de la résumer le plus simplement possible.

Se rafraîchir dans une piscine secrète

Piscine Mostar

Mostar est situé en Herzégovine, une région au climat méditerranéen, et au sol très sec. L’été, les 40 °C sont dépassés presque tous les jours. Plutôt que de vous assommer sous le soleil à vouloir tout visiter, n’allez pas vous jeter dans la Neretva à 8 °C. À la place, plongez dans une piscine secrète et complètement oubliée des touristes, alors qu’elle n’est qu’à deux pas du vieux pont ! Cerise sur le gâteau : elle est complètement gratuite, en accès libre sur une place. C’est le meilleur moyen de se rafraîchir après une journée de visites.

Faire un tour au couvent musulman de Blagaj

Blagaj Tekké

À seulement 15 minutes de voiture de Mostar, Blagaj (prononcez Blagaille) constitue une balade agréable. Ce village exclusivement musulman abrite un tekké, sorte de monastère derviche, issu d’une branche de l’islam. Les derviches sont notamment connus pour tournoyer sur eux-mêmes, dans le but d’atteindre une sensation de tournis, censée rapprocher de Dieu. Je vous recommande de passer votre tour pour la visite de l’intérieur du tekké. Pour 5 €, l’expérience est décevante, il ne s’agit que d’une suite de pièces couvertes de tapis turcs, sans autres meubles ou objets intéressants. À la place, asseyez-vous à la terrasse d’un café sur l’autre rive. On apprécie bien plus le tekké incrusté dans la roche depuis cet endroit.

Nager sous les chutes Kravica

Cascade Kravica

Il faudra cette fois une cinquantaine de minutes de route pour se rendre aux chutes Kravica, mais le jeu en vaut la chandelle. Les chutes se forment en éventail sur un diamètre de 120 mètres, avec de très nombreuses cascades qui coulent dans la mousse épaisse. On se croirait dans un décor tropical ! Il est même possible de s’y baigner, même si, comme souvent en Bosnie, l’eau est très froide. Attention : les chutes Kravica sont victimes de leur succès, d’autant qu’elles sont toutes proches de Dubrovnik, haut lieu du tourisme croate. Vous ne serez donc pas seuls à profiter de leur beauté ! L’avantage : elles sont gratuites !

Manger la meilleure cuisine bosnienne à Lagero (avec vue sur le pont)

Qui dit ville touristique, dit aussi restaurants attrape-touristes, surtout quand on est devant la plus belle vue de la ville. C’est le cas de presque tous les restaurants face au Stari Most, mais pas de Lagero. Ici, on mange de délicieux plats bosniens. Je vous recommande l’assiette complète, qui propose un ensemble de toutes les célèbres grillades qui font la fierté du pays (dont le fameux ćevapčići, les rouleaux de viande). En plus d’une terrasse avec une vue imprenable sur le pont, et d’une cuisine à tomber, Lagero offre aussi un service incroyable, n’hésitez pas à discuter avec les serveurs toujours chaleureux.

Un commentaire à “Les meilleures choses à faire à Mostar en 2022”

Publier un commentaire